MIAN XIANG, LA LECTURE DU VISAGE

Le Mian Xiang est l’art de lire les traits du visage. Il s’agit d’une science très ancienne, couramment utilisée au sein de la société chinoise comme moyen de cerner le caractère d’un individu, de choisir une épouse ou de percevoir les véritables intentions d’une personne. Dans le monde occidental, cette pratique a plutôt mauvaise presse et passe encore largement pour une pseudoscience, au même titre que la phrénologie ou la morphopsychologie.

Cependant, qu’on le veuille ou non, l’interaction entre individus passe d’abord par l’approche visuelle, et notamment par la lecture instinctive d’un visage, d’un corps, d’une attitude. Cette première impression fait partie de l’arsenal instinctif de la nature humaine.

Art d’observation des Formes au même titre que le Feng Shui qui est la compréhension de l’environnement, le Mian Xiang élargit ce ressenti non-éduqué et souvent teinté de nos filtres, en s’appuyant sur la lecture des lignes du visage comme expression d’une tendance énergétique et spirituelle.

cliquez sur l’image pour commander un exemplaire du livre de Serge Augier (en anglais uniquement)
Il existe principalement deux manières de lire le visage :
  • L’analyse statique, comme moyen d’interroger la destinée d’une personne : les lignes structurelles du visage peuvent exprimer ses traumatismes, ressources potentielles, défis et conflits.
  • L’analyse des changements, comme étude des émotions exprimées par le visage : il s’agit de la lecture des interactions conscientes et inconscientes avec autrui, et d’un moyen de détection des intentions et des mensonges , par la lecture des micro-expressions.
Le Mian Xiang pratiqué avec discernement et intelligence ne catégorise par les individus mais leur permet de mieux comprendre leurs qualités, tendances et ressources, ainsi que d’accéder à cette part d’inconscient liée à leur incarnation.

Dans les 5 Arts Taoïstes de l’école Da Xuan, le Mian Xiang fait partie de l’Observation avec le Feng Shui. Si le Feng Shui permet la compréhension de son environnement, le Mian Xiang permet par l’observation de comprendre les autres.
Nous pouvons trouver les traces de ces pratiques avec Hippocrate, qui avait trouvé une manière de reconnaitre les ennemis et qu’il enseignait aux soldats.
En Chine, l’origine mythique de cette pratique trouve sa source avec Huang Di vers 2700 avt JC.

Voici ce que l’on dit à propos du développement du Mian Xiang :
Le Mian Xiang est en quelque sorte le « Ba Zi du visage » : a une époque où les guerres étaient fréquentes, les archives brûlaient souvent. Le Ba Zi étant couramment utilisé à cette époque, et certaines personnes en profitait pour falsifier légèrement leur date de naissance afin de plaire aux officiels chargés du recrutement. S’il était possible de changer un peu sa date de naissance de manière inaperçue à cette époque, il était en revanche beaucoup plus difficile de changer les traits de son visage ! Ainsi, pour les postes les plus importants, on a utilisé et développé le Mian Xiang.
Le Mian Xiang était également utilisé par les conseillers de l’empereur lors de rencontres officielles, d’occasions sociales ou moins sociales avec des nations ennemies afin de récolter des informations relatives à leur forces et faiblesses.
Plus tard, le Mian Xiang a été utilisé pour trouver le mari ou la femme idéale en lisant sur le visage les tendances et les possibilités d’évolution.

L’intérêt du Mian Xiang est que nous voyons les tendances comme dans le Bazi, mais qu’en vieillissant le visage va changer avec nos qualités et nos défauts : c’est cela aussi que nous allons voir.

Si vous êtes intéressés par l’étude du Mian Xiang, merci de nous contacter en cliquant sur le bouton ci-dessous