You are currently viewing « Sortir de la torpeur » : Trois Consignes Simples

« Sortir de la torpeur » : Trois Consignes Simples

  • Auteur/autrice de la publication :

La Pratique vous rend ce que vous y investissez, l’importance que vous donnez à votre Voie lui donne sa réalité et sa force de transformation. Nous sommes dans une Voie dans la vie, qui ne demande ni isolement, ni souffrance, mais qui demande travail et implication.

Nous avons l’habitude de vivre avec la peur et nos décisions virevoltent autour de celle-ci : nous sommes victimes d’une stratégie de l’échec où nous prévoyons toujours le pire et le négatif (sinon nous demanderions plus souvent des augmentations, nous sauterions davantage en parachute ou nous parlerions plus facilement à cette personne qui nous plait tant…).

La Pratique aussi est attachée à cette peur de l’échec : nous avons peur et ça ralentit notre évolution.

Si seulement il nous était possible de sortir de cette angoisse de ne pas réussir ou de cette terreur de nous transformer vraiment…

Et bien, bonne nouvelle, ça l’est !

Cela demande seulement trois choses :

  • S’engager dans une pratique sans attente,
  • Communiquer honnêtement avec l’enseignement,
  • Être cohérent dans l’ensemble.

Le plus difficile et le plus simple : s’engager dans une pratique sans attente

Il suffit de choisir sa Voie, de prendre les informations, de vérifier régulièrement les informations et de se mettre au travail.

Vous me direz là que c’est ce que vous faites, vous le bon pratiquant, à part peut-être le fait de s’assurer que l’on est vraiment sur la Voie et pas sur Sa voie.

Et bien regardons encore ce qu’il est besoin de faire :

« Il suffit de choisir sa Voie, de prendre les informations, de vérifier régulièrement les informations et de se mettre au travail. »

Il n’est pas fait mention ici de critiquer les autres, de vouloir les copier, de se « vautrer » dans l’envie ou de « chouiner » parce qu’on n’y arrive pas !

Il n’y a rien qui parle d’obligation de temps ou de résultat, de secrets et de non dit. Rien n’indique le besoin de se disperser ou de mélanger.

Et en regardant d’un peu plus près, rien ne dit d’étaler ses besoins de reconnaissance ou de sécurité ou encore d’impressionner et de frimer.

En se penchant sur les détails, rien n’invoque le besoin de prétendre ou de mentir, de flouer ou de « glander ».

Non, on évoque simplement là un besoin de travail en fonction d’informations comprises et régulièrement vérifiées.

Trop facile !

Ensuite vient : « Communiquer honnêtement avec l’enseignement ».

Il est important de souligner ici l’adverbe « Honnêtement » et de s’arrêter là…

Peut-être qu’un rappel de l’idée de communication est important aussi : il y a deux chemins dans la communication ; un qui va de nous vers l’autre et, normalement, un retour aussi conséquent.

La communication ne doit pas se confondre avec le monologue, qui ne se fait que dans un seul sens (qu’on en soit conscient ou pas.)

La communication est verbale, mais aussi à tous les niveaux de l’échange ; du plus mondain et pratique au plus subtil : encore une fois, ça doit être dans deux sens.

Et nous finirons sur : « être cohérent dans l’ensemble ».

Même si nous sommes ici dans la répétition, il faut vraiment comprendre l’importance du retour sur investissement : vous ne pourrez recevoir de votre Voie que l’importance que vous y mettez.

Le « sacré » dépend de l’intention, le « magique » aussi.

La Pratique ne donne que les fruits de votre travail, le vrai travail.

De plus, l’importance proclamée de l’enseignement doit aussi se manifester dans le réel et l’action, pas seulement dans l’égoïsme et la protection de soi.

Il est impensable d’aller réclamer à la banque un million d’euros si vous n’y déposez jamais rien. Il est aberrant de demander un service à quelqu’un envers qui on n’est pas respectueux de la même façon que vous n’auriez pas l’idée d’attendre une solution d’un livre que vous n’avez pas lu.

Et bien la Pratique c’est pareil !

Si vous faites tout pour aller dans le sens de ce que vous avez compris de la Voie, votre vie sera transformée et les changements du monde seront sur mesure.

Si vous en faites seulement un peu, parce que « c’est compliqué » ou que « c’est difficile » ou « qu’on ne fait pas toujours ce qu’on veux » (mon préféré), ; alors vous récupérerez une connaissance superficielle et peut-être un t-shirt.

Si en plus vous n’avez pas confiance, d’une façon ou d’une autre, la Voie devient impraticable.

Dans un monde où l’information est partout et où il est possible de tout savoir sur tout, il n’y a pourtant pas plus de pratiquants.

Dans les temps anciens, où tout était caché, il n’y avait pas moins de pratiquants.

Aujourd’hui il y a l’information, mais les gens ne veulent plus pratiquer, alors que dans le passé, les gens voulaient l’accès à la connaissance, mais l’enseignement était rare.

Pratiquants d’aujourd’hui, vous avez une grande chance d’être sur une Voie d’évolution de l’être : nous sommes dans un moment de changement qui en a besoin, mais la réussite de votre progression dépend de ces Trois Consignes Simples.

Voilà de quoi aller dans le sens du printemps…