You are currently viewing Respect de l’enseignement et de l’enseignant

Respect de l’enseignement et de l’enseignant

  • Auteur/autrice de la publication :

J’admets que nous ne soyons plus à une époque où le futur élève devait rester des mois sous la pluie, devant la porte du maître, affrontant le vent et le froid dans l’espoir d’être reçu…il ne fait jamais très beau devant la porte d’un maître…

Mais quand même!

Si le respect de l’enseignement existe encore, en paroles, le respect de l’enseignant ne survit que chez peu de gens.

Il y a un paradoxe qui fait que plus le maître est avancé dans ses propres recherches, moins il aimera les faire partager facilement…il en connaît trop bien le prix. Ces années de raffinage d’un savoir qu’il a dû assimiler et digérer, ces heures et ces mois où il a dû tout mettre en ordre… Les maîtres ne sont que très exceptionnellement ordonnés dans les leçons qu’ils dispensent… Celui qui est un expert ou un jeune maître, qui pratique plus qu’il n’enseigne, n’a pas envie de donner ce sur quoi il travaille.

Par respect de l’autre, par ouverture d’esprit, celui qui pratique peut voir comme l’enseignement change positivement sa vie ainsi que celle des autres et il ne peut s’empêcher de le faire partager.

Ça c’est le respect de l’enseignement, du point de vue de l’expert ou du maître: il doit le faire vivre et s’ouvrir à ceux qui veulent en savoir plus.

Suivant sa tradition ou son maître, il respectera les volontés de celui-ci en ce qui concerne ce qui peut être enseigné et dans quel ordre; il profitera de l’expérience d’enseignant de son instructeur, tout en faisant ses propres expériences.

Ça c’est le respect de l’enseignant envers son propre maître.

Maintenant les élèves qui  » pratiquent  » en dilettante, qui sont de passage ou ceux qui s’informent…ceux là même qui sont a l’origine des secrets et des mystifications des maîtres, ils ne récolteront rien d’important. Ne montrant, ni respect pour l’enseignement, ni respect pour l’enseignant, ils se contenteront de ce que voudra bien leur donner le maître…et c’est rusé un maître…

Si vous étiez un maître… si, si, on essaye… que vous voyiez un soi-disant futur élève qui n’a aucun respect et qui ne veut que « pomper » quelques « trucs », qu’est ce que vous lui donneriez ?

Le respect pour les traditions s’oublie, par bêtise et par ignorance, le résultat en est la déperdition du savoir et la médiocrité des enseignements.

Il faut prendre le temps de savoir si on cherche une pratique et, si c’est le cas il faut trouver celle qui nous convient. Ensuite il faut s’y consacrer avec « dévotion », laisser de coté ses doutes et ses peurs et se laisser aller à la confiance.

Et si la confiance demande trop à son ego, essayons au moins la politesse et le respect…

C’est en cela que le respect de l’enseignant est une forme de respect de soi: nous sommes responsables de nos choix.

Bonne chance dans vos choix qui seront vos voies.