You are currently viewing Perdu dans les Champs

Perdu dans les Champs

  • Auteur/autrice de la publication :

Il est important dans une recherche personnelle de ne pas se perdre dans la technicité de l’enseignement et de savoir garder ses vrai buts devants soi.

Quelque soit la Voie, elle propose des techniques de progression pour réussir son évolution : il est possible de se retrouver à parfaire les techniques de son école en oubliant sa propre progression.

Il n’est pas besoin d’être un bon représentant de son école pour être un bon pratiquant, il n’est pas besoin d’être un bon pratiquant pour être heureux et être heureux ne demande qu’une bonne connaissance de soi et de son monde… Ce qui est expliqué dans sa Voie.

Quels sont les facettes de la découverte de soi ?

Il y a le corps qui se doit d’être fermement enraciné dans la réalité du physique, qui doit être détendu et souple, tout en restant fort et durable. Un corps qui se doit d’être le plus possible en liaison avec son souffle et son esprit. C’est le travail du corps.

Il y a le souffle qui est en liaison avec les émotions, qui doit circuler librement pour que tout aille bien. La prise de conscience de cette circulation générale permet sa fluidité. C’est le travail du souffle.

Il y a l’esprit qui est moins connu que ce que nous croyons : le fait même de connaître son fonctionnement interne par expérience personnelle nous permet de mieux vivre avec notre esprit. Cet apaisement par la vigilance est le travail de l’esprit.

Donc, il faut se bouger un peu (en tout cas avec conscience), respirer avec attention et se regarder penser… et c’est tout!

Toutes les techniques avancées ne sont que des moyens pour toucher ces qualités d’une manière ou d’une autre…les techniques doivent être dépassées pour être utiles. Aucune pratique qui repose sur une technique n’est à son stade final, l’aboutissement doit toujours être dans le naturel, dans le vivant, dans le simple.

Mais c’est un naturel éduqué, travaillé, poli.

Attention à la recherche de la technique secrète ou avancée ou encore à la focalisation sur l’outil plutôt que sur le but : la Voie est longue, il n’est pas utile de la rallonger ou de lui ajouter des chemins de traverse.

Revenez au simple, comprenez le piège de la technique secrète et libérez vous de l’attente du caché… Il n’existe pas: ce qui est caché dans votre pratique est quelque chose qui est déjà devant vous et que vous n’avez pas encore compris.

C’est là l’utilité du maître.

En effet, si tout est si simple, pourquoi ne pas faire un séminaire d’une heure et tout dire clairement, tout le monde dit «ah oui, c’est donc ça» et il ne reste plus qu’à pratiquer dans son coin.

Le problème pour le pratiquant, c’est que ce qui se passe durant sa pratique va le distraire de sa voie, un peu comme un simple d’esprit sur un sentier avec des papillons: il passe son temps à regarder, chasser et comparer les papillons au lieu d’aller où il est supposé aller.  C’est pour cela que beaucoup de pratiquants isolés par choix ou par volonté de ne pas s’engager, vont devenir experts en papillons, perdu dans les champs, mais fermement persuadés de leur évolution. La grande force du simple d’esprit c’est la faiblesse de sa lucidité étayée par une grosse dose d’illusions diverses.

Le maître va le remettre sur le chemin, lui remontrer  où il doit aller, écouter ses divagations avec patience, lui remontrer où il doit aller et le rassurer sur ses performances, en lui remontrant où il doit aller.

Retournons au travail important, au travail simple de sa réalisation et ne perdons pas notre Voie, notre chemin.

Le professeur est la pour nous guider, mais nous faisons seul le chemin.