You are currently viewing La chance de pratiquer

La chance de pratiquer

  • Auteur/autrice de la publication :

Dans les temps anciens, il n’y avait pas beaucoup de pratiquants : la vie étant très difficile, il n’existait pas vraiment de temps libre. Ceux qui avaient la chance de croiser la route d’un maitre choisissaient leur voie : rester dans le monde ou suivre le maitre. Il n’y avait pas le choix du style ou de la tradition, de la forme ou du fond : trouver un maitre était rare, il ne fallait pas laisser passer cette chance.

Il y avait donc peu de pratiquants.

Aujourd’hui nous avons le choix de pratiquer tous les styles qui existent, de passer d’un maitre à l’autre si on le souhaite ou encore de faire un joyeux mélange de traditions glanées durant notre temps libre.

Mais il y a toujours peu de pratiquants.

C’est le paradoxe du choix : trop de choix tue le choix, l’engagement étant asphyxié par la tentation des distractions.  Ce n’est pas grave: tout le monde peu faire ce qu’il veut. Mais pour ceux qui sont dans la pratique, pour ceux qui sont sur une Voie, pour ceux qui ont senti la joie de l’enseignement, il ne faut pas lâcher prise !

Il n’existe pas beaucoup de choses plus importantes que de se connaitre profondément, de connaitre les autres et notre monde : tout le reste évolue et peu disparaitre, ce savoir permet de vivre plus et mieux, de devenir de meilleurs êtres humains et de façonner un monde meilleur. Pour ceux qui sont dans la voie, attention : ne vous laissez pas distraire, ne perdez pas la foi, ne disparaissez pas sous les couches du mondain: vous êtes les pratiquants d’aujourd’hui et le monde a besoin de vous.

La voie est difficile, elle demande beaucoup, mais regardez ce que vous savez de plus qu’avant, ce que vous savez faire de plus qu’avant et prenez conscience de ce que vous apporte votre enseignement: le temps ne peut pas être utilisé plus intelligemment que dans l’étude de l’être humain dans la vie et dans la compréhension des changements du monde.

Le printemps est un moment difficile ou le pratiquant peut se sentir fatigué, ayant à peine survécu à l’hiver ou la pratique est si dure, mais c’est un moment magique. Le monde va nous donner une énergie étonnante qu’il est bon d’utiliser intelligemment: PRATIQUEZ !!!

Dans ce début de cycle, dans cette saison incroyable qu’est le printemps, il faut :

– sortir et pratiquer dehors
– aller dans la nature et profiter de l’air
– se rencontrer entre amis et discuter tous ensemble.

C’est le moment de la réflexion et de l’échange, de savoir pousser son corps pour lui donner de la force et c’est un moment de planification pour l’année : comment vais-je choisir d’orienter ma vie cette année ?

Nous avons de la chance de pouvoir être dans une pratique, d’être intéressé par une pratique ou de discuter d’une pratique : ne gaspillons pas notre temps et allons vers la connaissance. Clarifiez vos besoins et vos envies, ranger vos affaires et planifiez vos entrainement, c’est le moment d’agir !