You are currently viewing Imparfait mais Conscient

Imparfait mais Conscient

  • Auteur/autrice de la publication :
 

Combien de fois dans ma vie vais-je dire « je n’ai pas fait exprès » ?

C’est parfaitement pardonnable à 7 ans, un peu moins à 20 ans et après 25 ans cela demande un questionnement.

Pourquoi est-ce-que je fais des choses que je ne voulais pas faire ?

Et bien la réponse est simple : parce que nous ne faisons pas assez attention à nos actions et au monde en général.

Nous sommes trop souvent absorbés par la grande complexité de nos ressassements internes, baignés dans une inconscience gluante et agissant bien souvent à l’encontre du bon sens le plus commun.

Il est possible de trouver des excuses à notre manque d’attention, à nos erreurs, notre mental égotique est très habile à cela.

Cesser de faire n’importe quoi pourrait nous éviter d’exposer notre maladresse, mais aussi éviter de blesser les autres et d’agir comme un Neandertal.

La solution est assez simple : il suffit d’être attentif à son monde et a ses actions.

Facile, non ?

Mais la première qualité qui nous manque pour être attentif en permanence, c’est l’endurance : en effet, notre capacité d’attention est déterminée par notre volonté, mais aussi nourrie par notre force interne, notre vitalité.

Même si nous voulons vraiment rester conscient de notre environnement, de nos actions, il nous faut avoir assez d’énergie disponible pour le faire : regardez comme il est difficile d’être présent quand nous n’avons pas assez dormi.

La deuxième qualité dont nous allons avoir besoin est la volonté, la force de notre intention.

Bien souvent, dans notre quotidien, nous avons tendance à ne pas aller au bout de ce que l’on voudrait faire : nous remettons à plus tard, nous changeons d’avis, nous fuyons devant ce qui doit être fait.

Il va falloir « muscler » notre attention et éduquer notre volonté.

La musculation de l’attention est chose aisée, mais la mise en pratique demande courage et persévérance.

Les exercices sont simples, tout le monde peut les faire… mais personne ne les fait.

Les exercices de focalisation de l’attention sont nombreux, ils vont du simple exercice de concentration jusqu’aux exercices de projection de la conscience.

La volonté d’action, la force de décision, est avant tout une capacité de mise en action de ce qui est planifié : c’est une façon de réaliser ce qui est seulement à l’état de pensée.

Il est étonnant de voir tout ce que nous voulons faire en rapport avec ce que nous faisons vraiment : aisément, nous voyons qu’un effort est possible, surement souhaitable…

Avant de pouvoir travailler tout cela, en entrant dans une pratique sérieuse qui puisse répondre à votre besoin, il est possible de se rendre compte des efforts à fournir : observez toutes les deux heures vos manques d’attention et vos difficultés à agir ou à dire.

Pendant les deux heures suivantes, essayez de faire attention… puis constatez les dégâts deux heures plus tard.

En voyant de manière réaliste votre faiblesse d’attention, vous verrez l’étendu du travail à fournir.

Faites donc attention au bruit que vous faites en vous déplaçant, en mangeant, en ouvrant une porte et en la fermant, aux choses que vous ne dites pas et a celles que vous dites, mais aussi à tout ce que vous n’avez pas fait dans la journée et que vous auriez du faire…

Conscient du monde et des autres, de ses actions et de sa posture, vous allez vers un quotidien conscient qui permet de simplifier sa vie et de ne pas créer de souffrance inutile.

De plus, présent à l’instant, il est plus facile d’être stable physiquement et émotionnellement.

Essayez la conscience, vous ne voudrez plus faire autrement.