You are currently viewing Immortalité Taoïste

Immortalité Taoïste

  • Auteur/autrice de la publication :

 

 

«L’Immortalité c’est de travailler à une Oeuvre Eternelle.»

Joseph Ernest Renan

 

Les Huit Lois pour Vivre Bien

 

Dans notre Tradition, il existe bien des règles et des conseils pour tous les aspects de la vie. Il existe aussi de grands concepts, dont nous ne parlons pas beaucoup, mais vers lesquels nous tendons.

 

Parmi ces grandes idées, il y a l’immortalité.

 

Elle ne concerne pas la volonté de vivre vieux, mais elle rappelle trois éléments importants vis à vis du rapport à son âge :

 

  • La Voie est un enseignement vaste qui demande du temps pour une exploration optimum,
  • La pratique demande d’être en forme pour pratiquer,
  • L’idée est de vivre au maximum de son potentiel, que ce soit 66 ans ou 118…

 

Il existe donc une série de concepts simples pour vivre vieux, ou au moins le plus vieux possible pour notre génétique et surtout avec le moins d’inconvénients possible.

 

Les recherches modernes se sont penchées sur les gens qui vivaient plus vieux que les autres, il y a même eu des études qui ont duré des années sur une population mondiale.

 

À la fin, elles en viennent toutes à quelques règles simples pour vivre le mieux possible, le plus vieux possible… et ces règles sont en tous points similaires à celles de notre tradition.

 

Voyons ensemble ces règles de longue vie, elles sont au nombre de Huit : trois principes d’hygiène de vie, trois règles alimentaires et deux principes philosophiques ou spirituels :

 

1 – Bouger,

2 – Lâcher,

3 – S’occuper,

4 – Boire,

5 – Mâcher,

6 – Sentir,

7 – Partager,

8 – S’engager.


 

1 – Bouger Naturellement

 

Une activité physique et consciente quotidienne est très importante.

 

Cela n’a rien à voir avec le fait de s’agiter dans son quotidien, c’est une dépense physique avec l’intention portée sur son ressenti corporel.

 

Il est important aussi de constater qu’il n’y avait aucun sportif dans aucun des groupes de centenaires. Les mouvements pratiqués étaient une marche, une gymnastique douce et quotidienne, pas de sport à proprement parlé.

 

La différence est que dans le sport, le corps est poussé trop loin, trop fort.

C’est bien un temps, mais la pratique sportive vue par les occidentaux fatigue le corps, l’use.

 

Les exercices de qi gong sont bien supérieurs pour obtenir une bonne santé qui perdure.

 

 

2 – Lâcher Prise : savoir se détendre chaque jour

 

C’est une règle simple d’équilibre entre le travail et le repos.

 

De plus, c’est le fait de s’aménager des espaces de détente, dans sa journée… tous les jours. Ce sont des moments qui peuvent être assez courts, mais qui s’amplifient en fonction du stress développé.

 

En général, plus on est sous pression, moins on s’occupe de soi, de sa détente. Cette règle nous demande de faire l’inverse : plus on est sous pression, plus il faut savoir s’aménager des zones de détente dans la journée.

 

Sans technique avancée, c’est juste la capacité à s’assoir pour respirer deux à dix fois par jour, sur quelques minutes.

 

Ces minutes «perdues» permettent de ne pas tomber malade, de ne pas faire de dépression ou de ne pas détester son travail… c’est en fait un gain de temps sur le long terme.

 

Dans la pratique, c’est le Shen Gong (méditation) et l’habitude d’équilibrer son travail et son repos.

 

 

3 – S’Occuper : s’Enthousiasmer devant les Merveilles du Monde

 

Une recherche honnête sur des sujets choisis, voilà ce qui motive à vivre de longues années.

 

La stimulation de son système nerveux, de ses sens et de son intellect permet de rester jeune dans son esprit et dans son corps.

 

L’ennui est une source de tension et de stagnation d’énergie, une origine de grand stress.

 

L’enthousiasme est un stimulant du processus vital, de l’envie de faire.

 

De plus, dans aucune des traditions de centenaires, les gens ne prenaient de retraite. Le travail et les occupations ne s’arrêtent jamais, tout en évoluant au fil des années.

 

En ne prenant jamais de retraite, on est évidemment obligé d’adapter sa manière de travailler selon que l’on ait 20 ans ou 90.

 

Dans l’étude d’un enseignement, d’une tradition, l’être humain s’épanouit dans une recherche de soi et de son monde.

 

S’occuper c’est aussi s’engager, c’est aller à la recherche de soi, quelque soit la tradition, en rapport avec la huitième règle.

 

Dans notre tradition, l’immensité des connaissances à acquérir permet de rechercher toute sa vie.

 


4 – Boire : Pour Stimuler le Corps, les Traitements Saisonniers

 

Dans toutes les traditions où il y a des centenaires plus qu’ailleurs dans le monde, les gens prennent des préparations d’herboristerie aux changements de saison.

 

On retrouve dans ces traditions des vins aux herbes, des préparations traditionnelles et des pilules de « longue vie ».

 

Le travail d’adaptation aux saisons est allégé par la prise régulière de produits naturels.

Bien des gens commencent à prendre des produits quand ils sont malades, alors qu’il faudrait les prendre avant que son corps soit trop fatigué.

 

À chaque saison, il est recommandé de prendre des produits qui aident le système à s’adapter avec le moindre effort… c’est une petite action à effectuer tous les trois ou quatre mois et qui peut vraiment tout changer pour sa santé.

 

Dans notre tradition, les produits de changement de saison sont sous la forme de gouttes de préparation de plantes ou d’huiles essentielles.

 

 

5 – Mâcher : Des Légumes avec peu de Viandes

 

Quand le pratiquant est au moment de sa construction physique, il est important de manger de tout et de ne pas manger trop peu.

 

Les protéines animales sont bénéfiques pour la construction du corps et la «yinisation» de celui-ci.

 

Quand le corps est construit ou quand on arrive aux alentours de 45 ans, il faut freiner la prise de protéines animales pour un régime plus léger.

 

Les légumes et les fruits doivent être la majorité du régime alimentaire.

 

Il ne faut pas faire de régime strict, mais des phases de contrôle tous les trois mois, favorisant ainsi un organisme toujours détendu qui ne s’épuise pas.

 

Dans toutes les études, le principe d’un régime équilibré et riche en légumes est au centre d’une bonne santé générale et d’une absence de maladies graves en liaison avec le système digestif ou excrétoire.

 

La forte proportion de légumes frais oblige la mastication et le peu de viandes simplifie le travail des intestins.

 

Dans notre tradition, les phases de régime taoïste et les règles de diététique suivent ce principe.

 


6 – Sentir : Ne pas trop Manger et pas trop Tard

 

Il y a une réelle importance à ne pas manger trop tard le soir.

 

Un repas non digéré va être un poison pour l’organisme si on va se coucher alors que la digestion est en cours.

 

Il faut aller se coucher détendu et la digestion doit être finie ou sur la fin.

 

Cela n’est pas possible en se couchant avant minuit et en dinant à 22h…

 

De plus, il est important de ne pas trop manger, laissant ainsi une chance au système digestif de ne pas s’épuiser.

 

Il est bon de manger en une fois, sans trainer mais sans se presser, autour de 19h30.

 

Il est préférable de ne pas faire plusieurs plats ou plusieurs pauses, la digestion étant un processus qui demande un début et une fin et qui se complique plus il y a de phases.

 

Il faut aussi savoir que l’estomac ne va prévenir l’individu de sa satiété qu’autour de 30mn après l’avoir ressenti… ce qui veut dire qu’en mangeant vite et trop, on peu se goinfrer une demi-heure sans en avoir le besoin.

 

Il est bon d’évaluer par expérience ses besoins et de les satisfaire sans céder à ses névroses alimentaires.

 

Dans notre tradition, nous parlons de se coucher tôt et donc de se nourrir de même.

 

Il est important de comprendre qu’aujourd’hui pour un occidental qui vit dans un pays privilégié, nous mangeons toujours trop… alors apprenons à manger un peu moins, nous ne risquons pas la malnutrition…

 


7 – S’engager : Vivre selon des Valeurs

 

Dans les raisons qui aident à vivre mieux et plus vieux, nous avons la croyance en des valeurs. Ces valeurs peuvent être religieuses, spirituelles, philosophiques.

 

Ces croyances vont permettre de trouver un sens à sa vie et de répondre aux questions qu’on peut se poser.

 

Les religions et les traditions religieuses vont aider les gens à trouver de justes valeurs pour vivre leurs vies et agir avec les autres.

 

La capacité de trouver un sens à sa vie, une Voie est une partie essentielle pour vivre bien.

 

Cet engagement peut être social ou moral, il n’est pas besoin d’être religieux ou spirituel.

 

La compréhension personnelle du monde, de ses changements et de l’intégration de soi dans tout ceci permet de vivre mieux et dans une certaine sécurité. Cette assurance va aider à vivre plus longtemps, sans crainte.

 

Le sens de sa vie et sa place dans le monde sont deux moteurs pour une longévité heureuse.

 

La pratique, par son étude quotidienne, permet une compréhension de soi et des autres, dans une réalité mieux perçue.

 


8 – Partager : Vivre avec une famille ou un clan avant tout

 

La croyance dans des valeurs est importante, mais la capacité d’échanger avec des gens qui ont les mêmes est tout aussi importante.

 

Les groupes humains qui vivent les plus vieux ont tous cette habitude de se côtoyer, de parler et partager chaque semaine.

 

Ce lien social primordial prend toute sa valeur quand il réunit des gens autour de valeurs partagées, et en a moins quand on est là uniquement pour rencontrer des gens.

 

La pratique est une façon de se retrouver au sein d’un groupe fraternel qui cherche dans une même direction.

 

Cette optique de recherche amène une ambiance fraternelle qui accompagne tout au long de sa vie… une des grandes raisons de longévité.

 

Nous voyons que la sagesse de la tradition taoïste clanique, basée sur des textes anciens et précis datant du 4ème au 7ème siècle, est en accord avec les études les plus récentes (la dernière datant de 2009).

 

Voilà.