You are currently viewing Choisir une direction

Choisir une direction

  • Auteur/autrice de la publication :

Une petite souris dans un trou, sous terre, devait creuser pour sortir de ce mauvais pas. Elle creusa vers le sud pendant trois jours, puis se ravisa et creusa vers le nord. Au bout d’un temps, elle heurta des difficultés et elle choisit de revenir et de creuser vers l’ouest. En creusant dans cette nouvelle direction, elle se demanda si vers l’est ne serait pas plus juste. Elle alla donc creuser vers l’est. Épuisée et toujours au même point, la petite souris est morte sans sortir de son trou.

Aujourd’hui, avec trop d’informations nous allons vers des voies multiples et des enseignements rafistolés. Les styles « complets » et traditionnels ne sont pas assez brillants et démonstratifs, donnant naissance à des « nouveaux styles » bien pauvres, mais plus jolis…

Les voies anciennes couvraient tous les aspects de la pratique et souvent bien des aspects de la vie. Pour que ces voies se perpétuent, il fallait rester avec le même professeur ou maître pendant de longues années. Il fallait « plonger » dans la pratique comme dans un précipice, dans un abandon total. Aujourd’hui, si un dvd d’un professeur vous plait, vous allez le rencontrer et lui « acheter » son savoir. Vous pouvez aussi acheter ses livres et ses vcd et apprendre chez vous dans votre canapé entre deux épisodes de « opération séduction »…

Cette simplicité apparente de la transmission du savoir des arts internes soulève quelques problèmes:

– la plupart des professeurs actuels sont des chercheurs ou des pratiquants, pas des experts, mais il faut bien gagner son argent…
– tout le monde peut prétendre tout ce qu’il lui plait à partir du moment ou il a une collection assez grande de dvd, vcd ou K7 vidéos.
– les sparrings, compétitions et fantasmes colportés par les films, dénaturent les concepts du combat martial.

  « Une seule vie, une seule voie », disait mon professeur. Il est important de prendre son temps pour décider si oui ou non on va faire ce plongeon, mais après il faut creuser jusqu’au bout pour ne pas finir comme le pauvre rongeur de l’histoire contée plus haut.

Dans les styles traditionnels, toutes les facettes du combat, de la santé et de l’énergie étaient incluses. On connaissait les limites de son style et les dangers des pratiques. Le cumul de plusieurs pratiques qui viennent de traditions et avec leurs effets divers ne peut être sain pour le corps et l’esprit. Faire de « l’externe pour la santé et de l’interne pour la santé » est une phrase idiote, on ne peut pas faire un peu de ci ou de ça, ce n’est pas possible. Les méthodes de développement des qualités du pratiquant demandent trop de temps et d’investissement pour pouvoir être réparties selon les jours de la semaine.

Certaines voies sont identiques mais portent des noms différents, à cause de leur délocalisation ou du maître ayant choisit de renommer leur pratique. Dans ces cas là, il est évident qu’il n’y a pas de problème.

Piocher à droite ou à gauche, chercher plus que pratiquer, être toujours dans l’apprentissage et jamais dans la pratique (voir l’attente), voilà les dangers de notre époque pour les pratiquants sincères. Il ne faut pas se mentir et être clair sur ses besoins et ses buts… finalement, que veut on?

Prendre son temps et aller au fond de sa voie, si on a la chance d’avoir un maître compétent, est je crois la meilleure solution. Pratiquer un peu de sport dans un esprit ludique est aussi très intéressant mais hors sujet ici. Dans le cas où nous sommes à la recherche d’un professeur, la vie saura nous amener vers la voie, mais encore faut il ne pas être trop occupé à creuser…