You are currently viewing Affiner l’Esprit pour voir la Magie

Affiner l’Esprit pour voir la Magie

  • Auteur/autrice de la publication :

Nous vivons bien souvent des vies passionnantes, ou sans intérêt, très (voire trop) remplies et nous courons beaucoup.

La raison, l’intellect, ayant pris le pouvoir depuis le 18ème siècle, il ne reste plus beaucoup de place pour les superstitions et les histoires de fantômes.

Mais en même temps, l’intuition et la communion avec le monde sont plus rares, voire absentes de notre vie : nous ne savons plus regarder les signes de la vie ni les messages du monde.

Est-il possible de continuer à vivre notre vie moderne tout en retrouvant une part de sacré, de magie ?

Le sacré est une notion qui permet de séparer l’ordinaire et l’utilitaire de ce qui est « autre chose », non rationnel.

Ce n’est pas seulement religieux, mais aussi mystique et traditionnel.

Le magique, c’est l’utilisation par l’intention, des énergies du monde, dans le cadre de son attention.

Ce n’est rien d’autre qu’agir parfaitement dans la Conscience.

N’ayant que peu de rapport au sacré, nous oublions une partie de notre humanité : le plus Grand, la partie infinie de notre Conscience.

Par la pratique, nous ritualisons une partie de notre quotidien, pour la faire doucement déborder sur notre vie.

Mais nous donnons souvent à la pratique, à ces moments particuliers, une valeur qui n’est pas la vraie : quand nous pratiquons, quand nous quittons le mondain pour entrer dans cet espace de travail, nous sommes dans le « sacré ».

Dans la prise de conscience des phénomènes énergétiques, dans l’attention au souffle, écoutant les émotions ou regardant son esprit, nous sommes réellement dans une contemplation profonde de notre globalité corps/esprit.

Nous sommes là, dans la pratique quotidienne, dans un espace « Magique », un temps qui sort du reste de la vie et qui est entièrement sujet à son intention par son attention.

Mais la réalité de cette « magie » n’existe que si on en prend conscience : la force de notre travail dépend de l’importance qu’on va lui porter.

Si la pratique exerce les énergies les plus fines, mais que le pratiquant n’y met pas un respect particulier, nous sommes là dans le commun (de la pratique).

En pratiquant, dans toutes les facettes de la voie d’évolution spirituelle, l’importance des changements dans notre vie va dépendre pour une bonne part de l’importance que nous donnons à celle-ci.

Regardez comme certains de vos objets, de vos possessions, ont une importance particulière : le tee-shirt spécial, la bonne cravate ou les chaussures du succès…

La force de ces objets dépend directement de la passion de « dévotion » que vous leur donnez : vous pouvez faire la même chose avec tous les aspects de votre vie.

L’encens qui brûle avant la pratique, le respect au professeur quand vous arrivez, la tenue que vous portez pour la pratique… tout cela est une façon de ritualiser la pratique.

Il est important de comprendre que bien souvent, la ritualisation par les artifices est néfaste, car non consciente : mais consciemment fait, c’est un plus.

Il est préférable de ne pas avoir d’artifices externes, mais une présence « modifiée » dans les moments de pratique.

L’intérêt n’est pas seulement que votre pratique va gagner en qualité, mais aussi que votre vie va s’ouvrir aux choses plus fines, aux signes et aux messages du Monde.

Plus vous donnez une place au « sacré », au « magique » plus celui-ci se manifeste dans votre vie.

Attention, l’idée n’est pas du tout de devenir « spiritualo bizarre, avec un zeste d’éthéré », mais juste de savoir profiter de toutes nos capacités humaines disponibles dans notre champ de conscience.

Pour les excès de volatilité, d’instabilité ou de mimétisme, le professeur est là pour vous remettre (rapidement) sur la Voie…

Plus la pratique devient spirituelle, plus les façons de faire doivent être terre à terre, mais plus la pratique est présente dans votre vie et plus cette conscience doit y être aussi.

La pratique n’est pas de la gymnastique, mais si vous la traitez comme telle, elle le devient.

Les exercices de base sont de la gymnastique, mais si vous leur donnez une valeur supérieure par une attention particulière et un sérieux engagé, ils deviennent « autre chose ».

Voilà une bonne raison d’arrêter de glousser, de chouiner et de discuter pendant les cours, de se tenir mal ou d’avoir le nez en l’air : ce moment vous donnera ce que vous mettez en lui.

Vous êtes directement responsables de ce que vous allez acquérir dans la pratique : donnez lui sa place, un sérieux, un engagement, et vous allez valorisez ce qui vous est donné.

Le monde d’aujourd’hui n’aime pas le magique, ce qui ne s’explique pas, mais en même temps les recherches les plus poussées dans les sciences les plus pointues nous forcent à regarder l’infini dans les yeux.

Rendons au sacré une place dans notre vie et nous lui redonnerons une place dans le monde.